Publicité
Publicité

Tir de barrage des 27 contre l'extension du congé de maternité à 20 semaines

Les ministres européens en charge de l'Emploi ont opposé lundi, à une très large majorité, une fin de non recevoir à l'ambition du Parlement européen de porter à 20 semaines intégralement indemnisées le congé de maternité en Europe.

"La très très grande majorité des Etats membres considère que, en proposant cet allongement, le Parlement européen est allé trop loin. (Cette proposition) peut difficilement servir de compromis équilibré", a commenté lundi la ministre belge de l'Emploi, Joëlle Milquet (cdH), qui dirigeait les travaux dans le cadre de la présidence belge de l'Union européenne.

Le 10 octobre dernier, le Parlement européen s'était prononcé pour une extension du congé de maternité de 14 à 20 semaines intégralement payées, ainsi que la création dans toute l'Europe d'un congé de paternité de deux semaines.

Débattant pour la première fois de l'ambition du Parlement, les ministres européens ont massivement rejeté cette extension.

"Vu le situation économique et les exigences du Pacte de stabilité, l'Allemagne ne peut se permettre cet allongement", a averti la ministre allemande de l'Emploi, Kristina Schröder, estimant dans la foulée qu'il n'y avait pas besoin "d'ingérence" européenne dans les régimes nationaux de congé maternité, "qui fonctionnent bien".

La ministre française, Roselyne Bachelot a elle aussi dénoncé le "coût considérable" d'un passage à 20 semaines, évalué à 1,3 milliards d'euros pour le Sécu française.

Son homologue britannique, Chris Grayling, a, lui, carrément plaidé pour un arrêt des négociations sur ce sujet qui "menace l'équilibre de la sécurité sociale".

A ses yeux, l'UE devrait en rester aux règles actuelles, soit 14 semaines de congé de maternité. (EDR)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés