Transport scolaire: "une réforme de fond s'impose"

Une réforme de fond du système de transport scolaire s'impose, a indiqué mardi le ministre wallon des Transports, Philippe Henry, en réponse à une question de Michel de Lamotte (cdH).

Le 4 juin, la FAPEO et l'UFAPEC, fédérations de parents de l'enseignement officiel et de l'enseignement catholique, ont fait part de leur inquiétudes face à l'évolution du transport scolaire, qu'il s'agisse de la longueur des trajets, la sécurité ou le manque d'offre de l'enseignement spécialisé.

Selon elle, la Société Régionale wallonne du transport (SRWT) va mettre sur des lignes publiques des élèves qui auparavant utilisaient le transport scolaire. En d'autre termes, elle s'apprêterait à "détricoter ce qui fonctionnait relativement bien".

"Si cela fonctionnait si bien, nous ne verrions pas se multiplier les durées excessives des circuits scolaires. Cette situation difficile n'est pas apparue du jour au lendemain, mais résulte de la dégradation lente du transport scolaire au fil des années. Je pense qu'à ce stade de la réflexion, nous devons acter que nous arrivés aux limites de l'efficience d'un système développé depuis 2004, et qu'une réforme s'impose", a dit le ministre.

Selon lui, les économies induites par les mesures de la SRWT permettront de transporter les élèves dans de meilleures conditions, notamment ceux de l'enseignement spécialisé, même s'il juge qu'elles ne sont pas suffisamment précises. Le nombre de circuits longs a ainsi diminué dans la zone de Charleroi où les mesures ont été mises en oeuvre pour la première fois. Elles devraient être appliquées progressivement à la prochaine rentrée. (NBA)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés