Publicité
Publicité

Turquie/UE: la présidence belge espère ouvrir un chapitre des négociations

La présidence belge de l'Union européenne espère ouvrir un chapitre des négociations d'adhésion de la Turquie d'ici la fin de l'année, a indiqué mardi le ministre des Affaires étrangères, Steven Vanackere. La décision dépendra toutefois de l'adoption d'une législation spécifique par Ankara, a-t-il précisé.

M. Vanackere a répondu mardi aux questions des parlementaires belges, dans le cadre du comité mixte de la Chambre et du Sénat sur les questions européennes. Il a passé en revue les dossiers du Conseil des Affaires générales (CAG), dont il assure la présidence jusqu'à la fin de l'année. Le ministre belge est chargé notamment de dégager des consensus sur la politique d'élargissement.

Dans ce contexte, la présidence belge espère notamment parvenir à ouvrir un nouveau chapitre de la négociation d'adhésion de la Turquie. La décision, qui devra être prise à l'unanimité des Etats membres, nécessitera préalablement "l'approbation d'une législation sur les aides d'Etat en Turquie", a-t-il indiqué.

M. Vanackere, qui a effectué une visite en Turquie récemment, a insisté sur l'importance de la perspective européenne pour maintenir le climat de réforme dans le pays. Il s'est toutefois défendu d'être "tout feu, tout flamme" à l'idée d'une adhésion turque, comme l'a suggéré le député François-Xavier De Donea (MR). Ce dernier a plaidé pour une approche prudente en matière d'élargissement, citant le proverbe latin "Festina lente" ("Hâte-toi lentement"). (WAE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés