Un nombre croissant de voitures roulent avec des pneus en mauvais état en Belgique

L'usure des pneus sur les routes belges est en constante augmentation. Un véhicule sur quatre nécessite aujourd'hui un remplacement de pneu contre un sur cinq en 2009, selon un communiqué diffusé mercredi par Federauto, la confédération belge du commerce et de la réparation du secteur automobile.

Le Groupement des entreprises agréées de contrôle automobile et du permis de conduire (GOCA) signale que sur plus de 2,7 millions de véhicules contrôlés en 2011, près de 33.000 ont reçu un certificat rouge leur empêchant de reprendre la route. La première raison répertoriée pour adresser un tel certificat est celle d'un état des pneus inadéquat.

Si les usagers roulent avec des pneus dont la profondeur de la sculpture est inférieure aux 1,6 mm imposés par le code de la route, la police peut les sanctionner. "Les policiers de la route sont équipés de profondimètres. Si l'usure mesurée est trop importante, l'amende s'élèvera à 50 euros, à laquelle nous pouvons joindre un procès-verbal d'avertissement obligeant le contrevenant à se présenter dans un commissariat pour y faire constater les modifications effectuées à son véhicule", explique Olivier Quisquater, commissaire à la police fédérale de la route.

La police annonce qu'elle contrôlera particulièrement l'état des pneus des caravanes et des mobil-homes cet été. L'Institut belge pour la Sécurité routière (IBSR), quant à lui, organisera une action de sensibilisation sur une aire d'autoroute. En 2011, sur 204 véhicules contrôlés lors d'une action semblable, 64% des usagers roulaient avec des pneus sous-gonflés. (PVO)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés