Publicité
Publicité

Une plus grande quantité de CO2 se fraie un chemin vers la mer

Une importante proportion des émissions de carbone d'origine anthropique ne reste pas stockée dans l'écosystème terrestre mais se fraie un chemin vers les océans. C'est ce qui ressort d'une étude menée par l'Université Libre de Bruxelles (ULB) en collaboration avec l'Université d'Anvers. On admettait généralement des écosystèmes terrestres comme les forêts assimilent davantage de CO2.