Vande Lanotte voit les présidents de partis flamands sans leurs délégations

Le conciliateur royal Johan Vande Lanotte est réuni mercredi depuis dix heures aux Sénat avec les présidents des partis flamands associés aux discussions institutionnelles. Il négocie directement avec le président de la N-VA, Bart De Wever, du CD&V, Wouter Beke, du sp.a, Caroline Gennez, et de Groen! , Wouter Van Besien. Ceux-ci sont venus sans délégation. L'objectif de la journée est de voir comment la N-VA va réagir à la proposition de révision de la loi de financement. On se demande également comment les nationalistes flamands réagiront aux sorties récentes de Frank Vandenbroucke (sp.a), qui a pointé du doigt les nationalistes flamands lors de communications malencontreusement rendues publiques.

Ces erreurs de communication, par courriel, et par téléphone dans un train, ont ravivé la tension entre partis flamands et on se demande s'il existe encore suffisamment de confiance pour poursuivre les négociations.

Mercredi matin, le président du CD&V Wouter Beke a été le seul à apparaître face aux caméras lors de son arrivée au Sénat. Il déplore la polémique entre le sp.a et la N-VA. "Ce qui s'est passé ces derniers jours ne ressemble pas à grand chose. Quand vous avez quelque chose à dire, vous ne le faites pas dans un train ou par courriel, mais à la table des négociations", a-t-il lâché.

La réunion de Johan Vande Lanotte avec les présidents de partis flamands doit en principe se dérouler de 10 à 14 heures. Avant la réunion, le sp.a et la N-VA ont chacun réuni leurs chefs de file afin de faire le point sur la situation.

Quant au contenu de la discussion, on apprenait que Johan Vande Lanotte avait amendé son modèle afin de répondre aux critiques de la N-VA et du CD&V. L'objectif est que les Régions profitent également de la hausse des impôts. La N-VA dispose de sa propre proposition. (VIM)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés