Publicité

Vanhengel exclut toute participation avec la N-VA séparatiste

Le vice-premier sortant Guy Vanhengel, tête de liste Open Vld à Bruxelles-Hal-Vilvorde, n'entend pas participer à un gouvernement dans lequel se trouveraient des "extrémistes". M. Vanhengel vise la N-VA, en tout cas "tant que ce parti continuera à s'accrocher à l'objectif d'indépendance de la Flandre". Guy Vanhengel s'exprime de la sorte dans une double interview, avec le ministre des Affaires étrangères, Steven Vanackere, à paraître samedi dans le Morgen.

"Qui faut-il avoir à la table des négociations le 14 mai? Des gens qui ne sont pas guidés par les extrêmes", indique Guy Vanhengel, soulignant qu'il vise par là la N-VA, certainement tant qu'elle ne s'écarte pas de son agenda séparatiste. "En effet, laissons ceux qui ont pour objectif final l'indépendance de la Flandre, au détriment du système économique global. Ils ne nous permettront pas d'effectuer un millimètre de progrès, au contraire, ils nous feront reculer". Guy Vanhengel ne vise d'ailleurs pas seulement la N-VA mais également le FDF. "Mon ressentiment vise tout autant les partis de l'autre communauté linguistique", indique-t-il.

Dans la même interview, Steven Vanackere est également sceptique sur la volonté de la N-VA de vouloir négocier. "Jusqu'ici, ce parti n'était pas prêt à négocier. Etre prêt à négocier veut dire: donner à un moment précis l'assurance, à travers un exemple, qu'on pourrait renoncer à quelque chose. Je voudrais bien savoir si Bart De Wever a de telles dispositions".

Interrogé, le président des nationalistes est d'avis que ces interviews ne font qu'alimenter une "campagne de diabolisation" de son parti. (ROJ)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés