Vincent De Wolf défend sa lutte contre la mendicité organisée à Etterbeek

Après une manifestation lundi contre la modification du règlement de police qui interdit le regroupement de quatre mendiants sur la voie publique à Etterbeek, le bourgmestre Vincent De Wolf (MR) a regretté mardi que les organisateurs ne soient pas entrés en contact avec lui. Il se dit ouvert à une discussion.

La manifestation était organisée par une citoyenne bruxelloise, Anne Löwenthal, et visait à informer les passants à Etterbeek de l'interdiction de mendicité prise par la commune.

Le 5 mai, le conseil communal a voté à l'unanimité la modification du règlement de police visant à interdire le regroupement de plus de quatre mendiants sur certaines artères commerçantes. Vincent De Wolf concède être en faveur d'une règlementation de la mendicité et s'être inspiré de la règlementation controversée à Liège qui prévoit des tournantes entre quartiers.

Le bourgmestre maintient sa position exposée lors du conseil communal : "Il s'agit d'un outil pour lutter contre la mendicité organisée. Les agents de quartier qui connaissent bien les mendiants habituels pourront ainsi agir contre la guerre de territoire qui a lieu avec ces réseaux." Il dénonce notamment l'arrivée de réseaux rue des Tongres et avance que des infirmes sont régulièrement déposés en voiture. Selon lui, l'insécurité pour les mendiants habituels est dès lors inquiétante et les bagarres fréquentes. (MUA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés