Bagdad: réouverture du pont où mille personnes avaient péri en 2005

Bagdad a franchi mardi une étape supplémentaire vers la normalisation avec la réouverture symbolique du pont Al-Aïmah, séparant d'importants quartiers chiites et sunnites, sur lequel une immense bousculade avait fait près de mille morts en 2005.

Dans une ambiance de liesse et de réconciliation, des centaines de personnes venues des deux quartiers, qui s'étaient cruellement affrontées par le passé, se sont retrouvées sur le pont, pour assister à une cérémonie officielle marquant la réouverture de ce plus ancien ouvrage sur le Tigre, fermé depuis plus de trois ans.

Les habitants des deux quartiers se sont congratulés et embrassés, alors que jouait une fanfare militaire. Sous une tente blanche dressée au milieu du pont, décoré de drapeaux irakiens, des imams chiites et sunnites et des officiels se sont rassemblés, alors que des femmes lançaient des youyous.

Pour Moaïn al-Kazimi, chef du gouvernorat de Bagdad, "l'ouverture de ce pont est un espoir pour le futur, une victoire pour le peuple irakien, après la victoire sur le terrorisme et l'amélioration de la sécurité".

(GFR)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés