Baleines: de nouveaux soupçons de corruption planent sur la CBI

Une société liée à un homme d'affaires japonais paie la facture d'hôtel du président de la Commission baleinière internationale (CBI), a affirmé dimanche le Sunday Times dans de nouvelles allégations de corruption à la veille d'une réunion cruciale de l'institut.

Selon le journal dominical britannique, "Japan Tours and Travel Inc.", une société américaine liée à l'homme d'affaires japonais Hideuki "Harry" Wakasa, a réglé par avance les 5.000 euros que coûte le séjour d'Anthony Liverpool, président par intérim de la CBI, à Agadir, station balnéaire marocaine où débutera lundi la réunion de la commission.

Les statuts de la CBI précisent que les frais de chaque membre de la commission doivent être payés par le gouvernement de sa nationalité.

Le Sunday Times avait déjà il y a une semaine affirmé disposer de preuves établissant que des représentants africains et des Caraïbes avaient admis avoir voté en faveur de la chasse à la baleine après avoir reçu des promesses d'aide du Japon, de l'argent ou des prostituées.

La CBI se réunit à partir de lundi à Agadir pour étudier un assouplissement du moratoire à la chasse en vigueur depuis 1986, que prône le Japon.

(MUA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés