Bangladesh: grève nationale et affrontements après l'expulsion de Mme Zia

La police de Dacca a dispersé dimanche à coup de matraques et de balles de caoutchouc des centaines de personnes protestant contre l'expulsion la veille de son domicile de l'ex-Premier ministre Khaleda Zia cependant que le Bangladesh était paralysé par une grève nationale.

Des violents affrontements ont opposé la police à des partisans du Parti nationaliste du Bangladesh, BNP, parti de Mme Zia qui avait appelé à la grève. Les manifestants ont jeté des pierres et incendié des véhicules dans la capitale du pays, a indiqué un responsable de la police.

La sécurité a été renforcée à Dacca autour du siège du BNP et à travers le pays.

"Il y a eu quelques incidents isolés dans la ville. Mais la grève a été principalement pacifique", a assuré un responsable de la police, ajoutant qu'une dizaines de personnes avaient été arrêtées.

Pour l'ensemble du pays, la chaine de télévision privée NTV a fait état d'une trentaine d'arrestations après des heurts entre partisans du BNP et la police dans au moins cinq villes.

Les magasins, les bureaux et les écoles étaient fermées dans les villes.

Les transports et les services de cars interurbains étaient quasi paralysés dans la capitale et dans les autres grands villes, bloquant des millions de personnes ayant prévu de se rendre dans leur village pour célébrer la grande fête de l'Aïd el Kebir, a indiqué la police. (MDP)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés