Banon répond à DSK et prévient que le combat judiciaire se poursuit

Tristane Banon, qui accuse Dominique Strauss-Kahn d'avoir tenté de la violer, l'a prévenu lundi qu'elle poursuivrait son combat judiciaire même si le parquet de Paris classait l'enquête en cours.

La jeune femme a accordé sa première interview télévisée à la chaîne Canal+ au lendemain de celle de DSK sur TF1, où l'ancien favori de la présidentielle a nié devant 13 millions de téléspectateurs toute tentative de viol, "une version imaginaire, une version calomnieuse", selon lui, de leur rencontre en février 2003 dans un appartement parisien.

"Pourquoi on ne nous croit jamais? Qu'est ce que j'ai à gagner à tout çà? Pourquoi j'en voudrais à M. Dominique Strauss-Kahn ? ", a rétorqué très pugnace, Tristane Banon, 32 ans.

"Quand on accepte de faire enfin cette démarche de porter plainte, ce n'est pas normal qu'on vous crache dessus comme ça, ce n'est pas normal qu'on offre le JT vingt minutes, comme une rock star", à quelqu'un qui est "encore sous le coup de deux procédures dans deux pays", a regretté Tristane Banon.

Après avoir entendu une vingtaine de personnes, dont Tristane Banon et DSK, la police judiciaire parisienne doit prochainement remettre son rapport au parquet de Paris.

Le parquet décidera d'ouvrir une information judiciaire, d'estimer que les faits relèvent d'une agression sexuelle, un délit qui serait prescrit, ou de classer sans suite.

Tristane Banon a prévenu qu'en cas de classement, elle déposerait une autre plainte, cette fois en se constituant "partie civile", ce qui entraînerait la désignation d'un juge d'instruction.

(MUA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés