Publicité

Berlusconi compare les attaques des juges à l'agression subie à Milan

Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi s'est dit victime mercredi de multiples attaques politiques et personnelles et d'"agressions" venant de la magistrature qu'il a jugées "comparables, voire pires" à l'attaque qu'il a subie à Milan il y a exactement un mois.

"On m'attaque sur le plan politique et, sur le plan judiciaire, comme vous pouvez le voir, les agressions sont comparables à celle de la place de la cathédrale (de Milan), voire pires", a déclaré devant la presse M. Berlusconi, après avoir présidé son premier conseil des ministres depuis son agression.

Le président du Conseil italien a notamment qualifié de "calomnies" des articles de la presse mercredi matin affirmant que le conseil des ministres allait adopter un décret-loi lui permettant de suspendre pendant au moins deux mois les procédures judiciaires à son encontre.

En revanche, il a annoncé le vote la semaine prochaine par le parlement -- où il dispose d'une solide majorité -- d'un projet de réforme de la justice qui, selon certains médias, pourrait aboutir à une prescription des poursuites lancées contre lui.

Deux procès doivent reprendre contre Silvio Berlusconi, l'un pour corruption de témoin (affaire Mills), dont une audience est programmée pour vendredi, et l'autre pour fraude fiscale (affaire Mediaset) qui doit recommencer lundi prochain.

"Maintenant il ne leur reste plus qu'à m'attaquer physiquement comme ils ont commencé à le faire, mais ils n'auront pas le dessus", a-t-il lancé à l'adresse de ses adversaires. (MDP)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés