Bobby Fischer n'est pas le père d'une petite Philippine, selon des tests ADN

La légende des échecs Bobby Fischer n'est pas le père d'une petite Philippine de 9 ans, ont montré des tests ADN pratiqués sur son cadavre, a-t-on appris mardi auprès de l'avocat d'une Japonaise qui revendique également son héritage.

Les résultats remis mardi à un tribunal de Reykjavik "montrent que M. Fischer ne peut pas être le père de cette jeune fille", comme l'affirmait sa mère, a déclaré à l'AFP Arni Vilhjalmsson.

Jinky Young, née en 2001 lorsque Bobby Fischer habitait aux Philippines et fréquentait sa mère, "est donc hors course" pour l'héritage, a-t-il dit.

L'avocat islandais représente les intérêts de Miyoko Watai, qui affirme avoir épousé Bobby Fischer en 2004 lorsqu'il était en détention au Japon et revendique sa fortune estimée à 2 millions de dollars (1,6 million d'euros).

Fischer a été détenu plusieurs mois au Japon -où il vivait alors- à la suite d'une demande d'extradition des Etats-Unis, qui cherchaient à le punir pour avoir participé à un match à Belgrade en pleine guerre de Yougoslavie en 1992.

Après avoir obtenu la nationalité islandaise depuis le Japon, le tumultueux joueur d'échecs avait finalement rejoint l'Islande, où il est mort en 2008 à 64 ans.

Mme Watai dispute l'héritage aux fils américains de la soeur du joueur d'échecs, elle aussi décédée. Le gouvernement américain réclame également les sommes au titre d'impôts impayés.

(JDO)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés