Bolivie: le président Morales, taclé au foot, riposte par un coup bas

Le président bolivien Evo Morales, fanatique de football, a été blessé au mollet et nécessitera trois à quatre jours de repos, après un match de football musclé, dimanche à La Paz, où il s'en est pris à son tour à son agresseur, un politicien... d'opposition.

Des télévisions boliviennes ont diffusé lundi des images du match entre les équipes de la présidence, socialiste, et de la Mairie de La Paz, détenue par un ex-allié passé dans l'opposition à Morales.

Evo Morales a reçu un tacle appuyé du défenseur de la Mairie, Daniel Gustavo Cartagena, membre du parti du Mouvement sans peur (MSM), désormais opposant au Mouvement vers le Socialisme (MAS) de Morales.

Morales s'est rebiffé et a donné un coup de genou vers l'entrejambe de son agresseur, qu'il a fait chuter au sol, selon les images diffusées lundi.

L'incident a provoqué un début de mêlée sur le terrain, avec l'expulsion du défenseur, et d'un garde du corps et équipier de Morales, qui s'était rué sur l'agresseur, rapporte lundi le quotidien La Razon.

"J'ai passé le ballon et j'ai reçu d'un coup une +semelle+, et ce n'est pas la première fois que cela se produit", a déclaré Morales à la presse après le match, conclu sur la marque de 4-4. Avec quatre expulsions et quatre cartons jaunes.

Le défenseur, cité dans La Razon, a assuré n'avoir eu "aucune intention d'agresser le président".

Le médecin de la Présidence a indiqué que Morales devrait observer un "repos de trois à quatre jours". (SLE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés