Publicité
Publicité

Cisjordanie: réouverture de la "route de l'apartheid" aux Palestiniens

L'armée israélienne a annoncé vendredi matin la réouverture à la circulation des Palestiniens en Cisjordanie de l'une des principales routes reliant Jérusalem à Tel-Aviv, la 443 baptisée "route de l'apartheid" du fait qu'elle leur était interdite depuis une dizaine d'années.

Les Palestiniens ont en principe le droit d'emprunter la plus grande partie de la route, sur un tronçon de 15 km, mais après avoir passé des contrôles stricts.

Mais la circulation des Palestiniens risque d'être entravée par des mesures draconiennes de sécurité prises par l'armée, selon des associations israéliennes des droits de l'Homme.

Les quinze kilomètres ont été bordés d'une clôture barbelée, des postes de surveillance ont été construits et de nouveaux barrages ont été établis pour contrôler la circulation des Palestiniens. L'armée continue par ailleurs à bloquer l'accès de la 443 par des routes secondaires.

La 443 était interdite d'accès aux Palestiniens depuis le début de la seconde intifada (soulèvement), en 2000, alors qu'une partie de leurs terres avaient été réquisitionnées pour sa construction "dans l'intérêt du public".

L'interdiction est intervenue après des tirs palestiniens visant des véhicules israéliens ainsi que des jets de cocktail molotov, des attaques parfois mortelles.

En décembre 2009, la Cour suprême, saisie notamment par l'Association israélienne des droits civils (ACRI), a finalement ordonné à l'armée de lever l'interdiction.

La Cour avait donné cinq mois à l'armée pour lever les barrages et appliquer de nouvelles mesures de sécurité. (MDP)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés