Colombie: 22 assassinats ciblés depuis l'arrivée au pouvoir de Santos

Au moins 22 personnes militant en faveur de la défense des droits de l'homme ont été assassinées en Colombie depuis l'investiture de Juan Manuel Santos le 7 août, ont annoncé jeudi des ONG lors d'une audience de la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH).

Au cours de l'audience à Washington, 200 ONG, regroupées sous la bannière de la Plateforme de la coordination Colombie Europe Etats-Unis, ont présenté un rapport évaluant les 75 premiers jours au pouvoir de Juan Manuel Santos.

Dans le rapport, les ONG s'indignent du meurtre de sept leaders indigènes, six militants des droits de l'homme, cinq syndicalistes, deux femmes oeuvrant au respect des droits de la femme et deux défenseurs des droits des homosexuels. A ces 22 assassinats s'ajoutent celui d'un juge qui enquêtait sur des exécutions sommaires et celui d'un journaliste.

Bien que le nouveau gouvernement ait fait preuve de bonne volonté, la situation des droits de l'homme sous la présidence de M. Santos est "préoccupante" et il existe une "continuité" avec le gouvernement de son prédécesseur Alvaro Uribe en matière de violations des droits de l'homme, a souligné Maria Victoria Fallon, du Groupe interdisciplinaire pour les droits de l'homme.

"Les faits montrent que la crise humanitaire que connaît la Colombie continue", expliquent les ONG dans leur rapport.

Les ONG demandent à ce que la CIDH se rende en Colombie "le plus vite possible" et qu'elle presse le gouvernement de M. Santos de reconnaître que le pays vit "un conflit armé", ce que Bogota nie. (GFR)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés