Crise: la balle est revenue dans le jardin du Roi

Les partis politiques sont dans l'impasse après le coup d'arrêt des négociations porté par la N-VA lundi matin. En fin de journée, personne ne semblait savoir comment les choses allaient évoluer. La seule certitude réside dans le tour de concertation royale, traditionnel en période de crise.

Le Roi devrait décharger dans les prochaines heures ou les prochains jours les deux médiateurs, André Flahaut (PS) et Danny Pieters (N-VA) de leur mission. Il pourrait ensuite entamer une série de consultations.

Depuis le mois de juillet, quand Elio Di Rupo, est devenu préformateur, le chef de l'Etat a reçu les présidents des sept partis impliqués dans la négociation institutionnelle (PS, N-VA, CD&V, sp.a, cdH, Ecolo et Groen!). Il faudra voir si cette fois-ci, il s'entretiendra également avec les présidents du MR et de l'Open Vld.

Le président de la N-VA, Bart De Wever, a évoqué l'hypothèse d'un soutien au gouvernement en affaires courantes pour lui donner des pouvoirs élargis. L'idée n'a pourtant pas suscité un grand enthousiasme. Les partis qui composent le gouvernement sortant n'y ont pas souscrit, qu'il s'agisse, du côté flamand, du CD&V et de l'Open Vld ou, du côté francophone, du PS et du cdH. Tous estiment que la priorité est à la formation d'un gouvernement de plein exercice. Seul le MR ne s'est pas encore exprimé.

Si le processus de négociation entamé au mois de juillet a échoué, les sept partis qui y ont participé ont toutefois dit leur disposition à continuer à discuter. (NBA)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés