Des cas de choléra passés sous silence dans l'est de la Chine

Les autorités de l'est de la Chine ont passé sous silence plusieurs cas de choléra pendant 12 jours, par peur de semer la panique au sein de la population de la région, a indiqué la presse officielle dimanche, qui a critiqué ce comportement.

Selon le site internet des services de santé de la province de Anhui, 38 personnes ont contracté le choléra depuis le 16 août. La maladie paraissait sous contrôle, avec une diminution des cas rapportés.

Cinq patients étaient encore hospitalisés. Aucune mort n'a été annoncée par les autorités mais les sites de discussion sur internet bruissaient de rumeurs sur d'éventuels décès.

Parallèlement, les médias officiels ont critiqué le gouvernement de la province pour avoir passé sous silence ces cas de choléra. "Le 16 août, le centre de contrôle des maladies de Anhui a confirmé l'apparition de plusieurs cas de choléra mais il ne l'a pas annoncé publiquement avant le 28 août", a souligné le Beijing News dans un éditorial. "Le gouvernement a passé la maladie sous silence pendant 12 jours", a-t-il ajouté.

Le vice-directeur du centre de Anhui, Wang Jianjun, cité par le journal, a affirmé que les responsables locaux ne pouvaient rien faire et devaient attendre l'autorisation de responsables plus haut placés.

"En plus, si chaque apparition de cas de maladie est rendue publique, cela mènera à une paralysie du public", a-t-il ajouté sans autre détail.

Le choléra provoque de graves diarrhées et vomissements pouvant conduire à une déshydratation sévère, voire même à la mort. (DAD)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés