Divergences entre l'armée américaine et Bagdad sur les victimes de juillet

L'armée américaine a jugé pour la première fois dimanche excessif le bilan fourni par les autorités irakiennes concernant le nombre de victimes dans le pays en juillet.

Dans le premier communiqué de ce genre, l'armée américaine "réfute le fait qu'il y a eu 535 tués en juillet et estime qu'il est incorrect de dire qu'il s'agit du mois le plus sanglant depuis 2008".

Selon elle, il n'y a eu "que 222 tués et 782 blessés par des opérations ennemies. Dans le détail, 161 civils ont péri et 526 ont été blessés alors que parmi les forces de sécurité irakienne, il y a eu 55 tués et 201 blessés".

L'armée américaine ajoute que dans ses rangs "six soldats ont trouvé la mort et 55 ont été blessés lors d'opérations hostiles".

Pour elle, il s'agit du troisième mois le plus bas depuis janvier 2008 pour le bilan global des victimes irakiennes et le 14e mois le plus bas pour les victimes américaines.

Les autorités irakiennes ont affiché leur étonnement devant la réaction américaine. "Comme nous le faisons chaque mois, nous collectons le nombre des victimes civiles auprès du ministère de la Santé, celui des policiers auprès du ministère de l'Intérieur et celui des soldats auprès de nos services" a expliqué à l'AFP une source du ministère de la Défense.

Samedi, elles avaient annoncé 535 morts, dont 396 civils, et 1.043 blessés faisant du mois de juillet le plus meurtrier en Irak depuis plus de deux ans. (MUA)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés