Drapeaux en berne pour les pays en déficit? "Une idée farfelue" juge Rehn

La Commission européenne a pris ses distances envers son commissaire à l'Energie Günther Oettinger qui évoquait vendredi dans le "Bild" l'idée de mettre en berne devant les institutions européens les drapeaux des pays européens trop endettés. "Une idée farfelue", a même jugé le porte-parole du commissaire en charge du dossier.

Interrogée vendredi midi sur ces déclarations dans la presse, la porte-parole du président Barroso a assuré que M. Oettinger s'exprimait "à titre personnel", rappelant son habitude à utiliser un "langage fort et graphique".

Le porte-parole du commissaire aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn a lui carrément parlé d'une "idée farfelue".

Il a toutefois assuré que cette idée n'avait pas été avancée par M. Oettinger lui-même, mais que celui-ci faisait simplement part d'une des nombreuses idées qui circulent.

Dans une interview vendredi au premier quotidien allemand "Bild", M. Oettinger fait part d'une proposition de mettre en berne devant les bâtiments de l'UE les drapeaux des pays de l'Union européenne trop endettés.

"Il y a aussi la proposition de mettre en berne, devant les bâtiments de l'UE, les drapeaux des mauvais élèves en matière de dette. Cela serait certes un symbole, mais cela aurait un effet dissuasif", y déclarait notamment le commissaire allemand.

En poste depuis début 2010, M. Oettinger s'est déjà fait remarquer pour d'autres déclarations fracassantes.

Peu après la catastrophe de Fukushima qu'il avait qualifiée "d'apocalypse", le commissaire avait très sévèrement critiqué l'attitude des autorités japonaises, estimant qu'il fallait alors s'en "remettre à Dieu".

Concernant la crise grecque déjà, il a proposé dernièrement d'envoyer des retraités européens en Europe pour aider la Grèce à se relever. (EDR)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés