DSK aurait admis avoir fait des "avances" à Tristane Banon

Dominique Strauss-Kahn a concédé pendant son audition, avoir fait des "avances" à Tristane Banon, la jeune journaliste et romancière française qui a porté plainte contre lui pour tentative de viol, a-t-on annoncé vendredi une source proche de l'enquête.

Cette source était interrogée sur une information du site lexpress.fr selon laquelle il aurait tenté sans succès d'embrasser la jeune femme. Contacté par l'AFP, un des avocats de DSK, Me Henri Leclerc, s'est refusé à tout commentaire.

A son audition le 12 septembre par la police, l'ancien favori de l'élection présidentielle française de mai prochain "a réfuté toutes les accusations" de tentative de viol pendant une rencontre en 2003 avec Tristane Banon.

"Mais il a concédé lui avoir fait des avances sans avoir été très précis sur celles-ci", a ajouté cette source sans plus de commentaires.

Le site lexpress.fr écrit que DSK a expliqué avoir tenté d'embrasser la jeune femme avant de se heurter à un refus, après lequel il n'a pas insisté.

Les enquêteurs ont entendu des proches des deux protagonistes, ainsi que Tristane Banon. A l'issue de l'enquête, qui n'est soumise à aucun délai, le parquet de Paris peut décider de confier une information judiciaire à un juge, ou de classer la plainte sans suite.

Il peut aussi juger que les faits relèvent de l'agression sexuelle présumée, un délit prescrit au bout de trois ans, et donc estimer qu'il est impossible de poursuivre.

(VIM)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés