Flottille: un militant grec dénonce conditions de détention et brutalités

Un militant grec qui se trouvait à bord de la flottille de militants pro-palestiniens en route pour Gaza a dénoncé des brutalités israéliennes à l'encontre des passagers et leurs conditions de détention après l'assaut, à son retour mardi à Athènes.

Membre de l'équipage d'un des bateaux grecs, l'Elefthéri Mesogeio, Michalis Grigoropoulos, a dénoncé "les conditions misérables de détention au port d'Ashdod", où "500 personnes ont été entassées", affirmant que "deux militants grecs ont été tabassés" par des policiers israéliens.

"Ils m'ont fait signer des papiers concernant mon expulsion, sans que je sache ce qui figurait sur ces papiers car je n'avais pas droit d'avoir de traducteur, d'avocat ou de communiquer avec ma famille", a-t-il poursuivi, interrogé par la télé grecque Skaï peu après son arrivée avec cinq compatriotes.

M. Grigoropoulos a raconté que "des Israéliens armés avaient sauté lundi vers 05H30" à bord de son navire. "Ils ont tiré des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et ont ensuite fait subir des électrochocs à certains des militants, " a-t-il assuré.

"Une heure auparavant, à 4H30 locales, nous avions entendu des tirs sur le bateau turc Mavi Marmara, les Israéliens ont sauté des hélicoptères sur ce navire", a-t-il ajouté. C'est sur le Mavi Marmara qu'ont eu lieu les affrontements qui ont fait au moins neuf morts parmi les passagers de la flottille.

Trente activistes grecs de la flottille restaient détenus mardi en Israël.

(MDP)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés