France: 5 à 7 ans de prison pour trois membres de l'ETA

Le tribunal de Paris a condamné lundi à des peines de 5 à 7 ans d'emprisonnement trois Espagnols soupçonnés d'appartenir à l'organisation séparatiste basque ETA.

Urtzi Gainza Salinas et Inigo Ripoll Estarta ont été condamnés à sept ans de prison ferme pour association de malfaiteurs à visée terroriste, vol, recel de vol, faux documents et séquestration.

Ces deux membres de l'ETA, avaient été arrêtés fin janvier 2006 dans le Tarn (sud-ouest de la France), à la suite d'un accident de voiture.

Leurs empreintes avaient été découvertes dans deux appartements clandestins de l'ETA à Muret et Castres, toujours dans le sud-ouest. Dans ces mêmes appartements, les enquêteurs avaient prélevé l'ADN d'Alaitz Areitio Azpiri.

C'est à ce titre que la jeune femme, arrêtée en juin 2007, a été jugée aux côtés des deux hommes les 11 et 12 mai. Elle a été condamnée lundi à 5 ans de prison, uniquement pour "association de malfaiteurs à visée terroriste".

Le 18 février 2010, l'Espagnole avait déjà été condamnée à Paris à 17 ans de réclusion criminelle pour avoir tiré, sans les blesser, sur deux gendarmes français lors d'une course poursuite en 2004 à Lourdes.

Gainza Salinas, 31 ans, est recherchée par l'Espagne depuis septembre 2003. Inigo Ripoll Estarta, 35 ans, était en fuite depuis septembre 2002. (LEE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés