France: l'altitude du Mont Blanc reste stable

Le Mont-Blanc, plus haut sommet d'Europe occidentale, a perdu 45 cm en deux ans, et sa nouvelle altitude officielle s'établit à 4.810,45 mètres, sans qu'on puisse faire de lien entre cette évolution et le réchauffement climatique. C'est ce qu'ont annoncé des experts jeudi à Annecy.

Cette campagne de mesures à but scientifique, menée à l'aide de GPS garantissant une précision centimétrique et dont les résultats ont été validés par l'Institut géographique national (IGN), a débuté en 2001, le Mont-Blanc mesurant alors 4.810,40 mètres.

En 2003 et 2005, l'altitude a diminué légèrement avant d'atteindre son altitude record en 2007 (4.810,90 mètres).

Les géomètres ont également mesuré la calotte glaciaire, découvrant que le volume de neige au-dessus de 4.800 mètres avait diminué par rapport à 2007, passant de 24.062 mètres cube à 21.626 m3 en 2009, en raison de faibles chutes de neige au sommet.

Si ces mesures sont "révélatrices d'une météorologie, elles peuvent difficilement être liées à un réchauffement avéré" de la planète, a souligné Emmanuel Le Meur, du Centre national de recherche scientifique (CNRS) de Grenoble.

Selon lui, seules des mesures réalisées à environ 3.000 mètres d'altitude permettent d'observer l'impact climatique qui s'évalue en outre sur une trentaine d'années.

(HIE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés