France: la réforme contestée du statut de La Poste définitivement adoptée

Le Parlement français a définitivement adopté mardi le projet de transformation de la Poste en société anonyme, un changement de statut conspué par l'opposition de gauche qui y voit la première étape d'une privatisation de ce service public.

Les députés de droite, majoritaires, se sont prononcés pour la version définitive de ce texte, tandis que les élus de gauche et écologistes votaient contre.

Le texte transforme La Poste, jusque-là établissement public, en société anonyme à capitaux publics à partir du 1er mars.

Le changement de statut permettra un apport en fonds propres de 2,7 milliards d'euros (1,2 milliard à la charge de l'Etat, 1,5 milliard venant de la Caisse des dépôts, organisme gérant l'épargne réglementée des Français et considéré comme le bras financier de l'Etat).

Le texte prévoit que l'Etat reste actionnaire majoritaire et ouvre la voie à l'actionnariat du personnel.

Pour le gouvernement, il s'agit de "moderniser" et d'"adapter" La Poste à l'ouverture à la concurrence du secteur postal européen en 2011.

Les partis de gauche, en revanche, n'ont cessé de dénoncer un projet de privatisation du "service public préféré des Français".

Tout au long des débats parlementaires, l'opposition s'est prévalue du résultat d'une "votation citoyenne" organisée début octobre, par laquelle 2,3 millions de personnes s'étaient prononcées contre une "privatisation" de La Poste.

L'entreprise, symbole de la présence du service public jusque dans les villages les plus reculés, emploie près de 300.000 personnes, dont environ 100.000 facteurs.

(DGO)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés