France: vols suspects dans des médias enquêtant sur l'affaire Bettencourt

Un site internet d'informations, à l'origine de révélations dans le scandale politico-financier Bettencourt en France, a dénoncé mercredi des vols suspects dans ses locaux, peu de temps avant ceux visant deux journalistes également en pointe sur cette affaire.

Le site Médiapart, qui avait retranscrit en juin des enregistrements clandestins de la milliardaire Liliane Bettencourt entraînant des suspicions de financement illégal du parti présidentiel, a annoncé avoir déposé plainte pour un cambriolage commis dans la nuit du 7 au 8 octobre.

Médiapart n'avait pas jugé utile, dans un premier temps, de faire part de ce cambriolage avant de décider de le rendre public après l'annonce des vols, le 21 octobre, des ordinateurs de journalistes du quotidien Le Monde et de l'hebdomadaire Le Point travaillant aussi sur cette affaire sensible.

La justice examinait les différentes plaintes concernant les vols suspects avant de décider des suites à donner, a indiqué mercredi à l'AFP une source judiciaire.

"Deux ordinateurs portables (...) un disque dur externe contenant des données confidentielles et deux cédéroms regroupant les fameux enregistrements réalisés chez Liliane Bettencourt ont disparu", selon Médiapart.

"Il s'agit sans doute de faire peur à nos interlocuteurs, une façon de leur dire, si vous parlez aux journalistes, on saura que vous l'avez fait", a estimé un responsable du site internet.

Les enregistrements concernés avaient fait éclater l'affaire Bettencourt qui n'était à l'origine qu'un différend privé entre la milliardaire et sa fille.

Ils ont placé dans une situation difficile l'actuel ministre du Travail Eric Woerth, trésorier du parti présidentiel à l'époque, soupçonné notamment de conflit d'intérêts, son épouse travaillant à la gestion de la fortune de Liliane Bettencourt.

(MDP)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés