Grèce: les routiers décident dimanche de la poursuite ou non de la grève

Les chauffeurs routiers grecs devaient décider dimanche de la poursuite ou non de leur grève qui dure depuis une semaine. Ce mouvement a entraîné une pénurie de carburant paralysant les transports et le tourisme en pleine saison estivale.

La situation s'est quelque peu détendue samedi soir après la proposition du gouvernement de lever son ordre de mobilisation - que les chauffeurs avaient largement ignoré - s'ils renonçaient à leur refus de réforme du secteur.

Pour faire approvisionner les stations-service en carburant le gouvernement a eu recours à des camions de l'armée et de compagnies pétrolières pour remplacer les plus de 30.000 chauffeurs ayant refusé l'ordre de réquisition. Des camions militaires, sous escorte policière ont été chargés de s'approvisionner aux raffineries.

Cette pénurie de carburant affecte des dizaines de milliers de Grecs et leurs commerces, ainsi que des touristes étrangers, selon des associations de tourisme régional. Et les annulations de réservations se sont multipliées, en pleine saison estivale. Les îles très touristiques sont les plus touchées.

Les camionneurs, qui bloquent toutes les livraisons de carburant depuis lundi, s'opposent au projet du gouvernement de libéraliser leur secteur et de réduire les coûts du fret.

Cette mesure est prévue dans le plan de redressement des finances de la Grèce dicté par l'Union européenne et le Fonds monétaire international en contrepartie d'un prêt de 110 milliards d'euros sur trois ans pour aider le pays à sortir de sa crise. (MUA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés