H1N1: le gouvernement français critiqué pour sa gestion des vaccins

Le gouvernement français était critiqué lundi par l'opposition et jusque dans les rangs de sa majorité pour sa gestion des vaccins contre la grippe H1N1 commandés en excédent.

Personne ne remet en cause le principe de précaution. Mais plusieurs partis, dont le Parti socialiste ou le Nouveau centre, ont demandé une enquête parlementaire pour faire le bilan de cette campagne après la révélation dimanche que la France avait commencé à écouler ses surplus de vaccins à l'étranger pour en alléger la facture.

Alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) déclarait le monde en état de pandémie en juin, la France avait commandé à l'été 94 millions de doses de vaccins pour un montant de 869 millions d'euros, selon le ministère de la Santé qui tablait au départ sur une double injection par personne.

Mais il est apparu qu'une dose suffisait et seules quelque 5 millions de personnes ont été vaccinées dans le pays où la campagne a suscité peu d'enthousiasme et rencontré des difficultés logistiques.

A gauche, le PS a reproché au gouvernement d'avoir été la "victime consentante" des laboratoires pharmaceutiques. Ce sont les "grands vainqueurs dans cette affaire", a accusé son porte-parole Benoît Hamon qui dénonce également "une campagne anxiogène".

Les critiques viennent aussi des rangs de la majorité.

En a-t-on "trop" fait se demande la presse.

Critiqués, plusieurs laboratoires - dont le britannique GlaxoSmithKline ou Sanofi Pasteur -, qui ont dopé leurs ventes en 2009 grâce à ce vaccin, se sont dits prêts à rediscuter leurs contrats.

(BEM)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés