Haïti/choléra: protection accrue pour les casques bleus népalais menacés

L'armée népalaise a indiqué mardi avoir renforcé la protection des casques bleus népalais, accusés par une partie de la population haïtienne d'avoir propagé l'épidémie de choléra dans ce pays.

Selon l'armée népalaise, dont un millier de soldats travaillent avec la mission de l'ONU à Haïti, "de fausses rumeurs" pourraient avoir été la cause des attaques d'une partie de la population contre les soldats népalais lundi.

"Nous sommes inquiets" et "la police haïtienne aide les casques bleus à se protéger des attaques", a déclaré à l'AFP Ramindra Chhettri, porte-parole de l'armée népalaise.

Des heurts ont éclaté lundi en Haïti entre casques bleus et manifestants en colère contre les soldats de l'ONU et la gestion du choléra par les autorités, faisant deux morts et plusieurs blessés.

Les casques bleus népalais ont été la cible de jets de pierre lors d'une manifestation à Hinche (centre). Une rumeur affirme que l'épidémie de choléra, qui a fait plus de 900 morts jusqu'à présent, a été causée par les fosses septiques d'un camp situé près de Mirebalais (centre), où beaucoup de soldats népalais sont basés.

Mais les tests sanitaires effectués auprès des soldats népalais prouvent qu'ils n'ont rien à voir avec l'épidémie, a précisé Ramindra Chhettri.

(VIM)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés