Honduras: accord sur le retour de Zelaya pour mettre fin à la crise

Le président putschiste du Honduras, Roberto Micheletti, a cédé aux pressions internationales et accepté jeudi soir la perspective du retour au pouvoir du chef de l'Etat déchu Manuel Zelaya, pour mettre fin à la crise politique qui paralyse le pays depuis quatre mois.

M. Micheletti, le président du Congrès porté au pouvoir par le coup d'Etat qui avait chassé M. Zelaya le 28 juin, résistait depuis obstinément aux pressions de la communauté internationale, qui réclamait, sanctions économiques et diplomatiques à l'appui, le rétablissement de M. Zelaya dans ses fonctions.

Il a fini par céder après une relance des pourparlers avec l'équipe de M. Zelaya sous la pression du délégué américain pour l'Amérique latine, Thomas Shannon, envoyé à Tegucigalpa par la secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

Cet accord porte sur "la possibilité du rétablissement dans ses fonctions" de M. Zelaya, sur la formation d'un gouvernement de réconciliation et l'organisation de l'élection présidentielle le 29 novembre comme prévu, a déclaré M. Micheletti, en demandant à la communauté internationale de lever les sanctions prises contre le Honduras depuis le coup d'Etat.

(GFR)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés