"Il faut un suivi médical des prématurés"

En 2008, 7,4% des nouveaux-nés en Belgique (8,2% en Wallonie) sont venus au monde trop tôt, soit avant la 37ème semaine. Cela représente entre 7.000 et 8.000 prématurés par an qui ne bénéficient pas du suivi médical qui s'impose vu leur état de vulnérabilité. Une situation qui a poussé les députées fédérales Muriel Gerkens (Ecolo) et Maya Detiège (sp.a) à déposer une proposition de résolution sur la protection des prématurés, rapporte lundi Le Soir.

Leur texte incite le gouvernement à harmoniser l'enregistrement des naissances prématurées, et à mettre sur pied un système national de suivi médical qui soit multidisciplinaire et systématique.

Les experts alertent les autorités sanitaires depuis bientôt dix ans de l'opportunité d'améliorer la prise en charge des prématurés mais leur appel est jusqu'à présent resté sans réponse.

Les deux députées ont relancé le débat, en organisant d'abord une table ronde en mars dernier et en déposant ensuite une proposition de résolution.

"Avant d'envisager une véritable politique nationale de prévention et de suivi de ces enfants, une série d'actions concrètes et urgentes s'imposent: l'enregistrement uniforme de ces naissances, pour mieux comprendre le phénomène; le suivi systématique des enfants par une équipe multidisciplinaire (néonatologue, pédiatre, kiné, psychologue...), pour surveiller leur développement moteur, neurologique et respiratoire; le remboursement du traitement préventif de la bronchiolite pour les enfants nés entre la 32e et la 35e semaine de grossesse...", insiste Mme Gerkens. (VIM)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés