Intérêts notionnels: "pas de consensus" ne signifie pas "pas de soutien"

La vice-Première ministre Laurette Onkelinx a tenu à préciser le commentaire du Premier ministre Yves Leterme selon lequel le gouvernement ne soutiendrait pas la réforme des intérêts notionnels, soulignant que l'absence à ce stade de consensus ne permet pas d'affirmer qu'il n'y a pas, au sein de l'exécutif fédéral, de soutien à cette réforme.

Le Premier ministre Yves Leterme avait précisé lundi matin que la proposition de loi des parlementaires

socialistes Marie Arena et Alain Mathot visant à priver du bénéfice des intérêts notionnels les entreprises qui mènent un licenciement collectif n'était pas soutenue par le gouvernement.

"Je tiens à préciser les choses. Il n'y a pas de consensus au sein du gouvernement pour soutenir cette proposition mais, évidemment, une partie du gouvernement, et très certainement sa composante socialiste, la soutient". Mme Onkelinx a rappelé que les intérêts notionnels avaient fait l'objet d'une première "réforme" lors de l'élaboration du budget. La ministre socialiste a souligné avoir toujours indiqué qu'il conviendrait de revoir cette mesure plus en profondeur. (OCH)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés