Iran: attentat suicide contre les Gardiens de la révolution, près 20 morts

Une vingtaine de personnes, dont plusieurs hauts commandants des Gardiens de la révolution, ont été tuées dimanche dans un attentat suicide perpétré dans une ville du sud-est de l'Iran frontalière du Pakistan.

Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier de ces dernières années contre le corps d'élite des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique du régime.

Selon l'agence de presse Fars, environ 20 personnes ont été tuées, dont des chefs de tribus de la province du Sistan-Balouchistan dans cet attentat, qui d'après l'agence Ilna a fait également une quarantaine de blessés.

Il s'est produit à 08H00 (06H30 heure belge) dans la ville de Pishin, à la frontière avec le Pakistan, alors que les commandants des Gardiens de la révolution participaient à une réunion avec les chefs de tribus de la province du Sistan-Balouchistan.

Après l'attaque, les Gardiens de la révolution ont accusé, dans un communiqué, "l'oppression mondiale d'avoir provoqué les éléments à sa solde" pour commettre cet attentat. L'oppression mondiale désigne généralement les pays occidentaux, en particulier les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.

Pour sa part, le président de la Commission des Affaires étrangères du Parlement, Allaeddine Boroujerdi, a accusé "les Etats-Unis d'être derrière les groupes terroristes, notamment le groupe (sunnite Joundallah dirigé par Abdolmalek) Righi", a rapporté l'agence de presse Mehr. (VAD)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés