Journalistes français otages en Afghanistan: "pas de négociations"

Le ministre français de la Défense Hervé Morin a déclaré jeudi qu'il n'y avait "malheureusement pas de négociations à l'heure actuelle" avec les ravisseurs de deux journalistes français enlevés en Afghanistan le 30 décembre.

"Il n'y a malheureusement pas de négociations à l'heure actuelle", a simplement déclaré M. Morin interrogé sur la chaîne d'information LCI.

Interrogé sur le sujet lundi soir, le président Nicolas Sarkozy avait qualifié d'"extrêmement difficile et extrêmement périlleuse" la situation des deux journalistes de la chaîne publique France 3, tout en soulignant qu'ils étaient "en vie, en bonne santé".

La question d'une éventuelle négociation en vue de leur libération avait été abordée le 17 janvier par le secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant: "Nous savons qu'ils sont en vie, c'est déjà quelque chose de très important! Mais la négociation n'a pas été véritablement entreprise".

Ce proche du président avait déclenché au passage une vive polémique avec la profession en affirmant que le "scoop ne devait pas être recherché à tout prix". (LEE)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés