Kirghizstan: opposants prennent le contrôle d'administrations et de TV

Des opposants au gouvernement provisoire du Kirghizstan ont pris le contrôle jeudi des sièges des administrations et d'une télévision dans les deux principales villes du sud du pays, laissant craindre de nouvelles violences un mois après une révolution sanglante.

Le chef du gouvernement intérimaire Rosa Otounbaïeva a donné l'ordre dans la soirée d'"arrêter les organisateurs des troubles dans le sud", a indiqué son adjoint Azimbek Beknazarov sur la télévision nationale.

Les manifestants - des partisans du président déchu Kourmanbek Bakiev, ainsi que des ex-gouverneurs des régions de Och et Djalal-Abad - réclament qu'ils reviennent à leurs postes. Le gouvernement provisoire avait limogé les gouverneurs après la révolte d'avril à Bichkek, la capitale, qui a fait 86 morts.

Un porte-parole de la région de Och a indiqué à l'AFP que quelques centaines de personnes avaient pris le contrôle du siège de l'administration dans la matinée, alors que des médias locaux font état de plus 1000 personnes.

La radio indépendante Azattyk a rapporté un scénario similaire à Djalal-Abad, le bastion du président déchu. Par ailleurs, une cinquantaine de personnes ont réussi à entrer dans le siège de l'administration de Batken, troisième région du sud du Kirghizstan.

La télévision régionale de Djalal-Abal est aussi sous contrôle des partisans du président déchu, selon son comité de soutien et une militante pour les droits de l'homme.

La chaîne diffuse depuis jeudi matin une intervention de M. Bakiev depuis Minsk, capitale du Bélarus, où il est exilé, dans laquelle il réaffirme qu'il est le "président légitime". (EDR)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés