L'Espagne offre à Haïti un système pour lutter contre les trafics d'enfants

Le gouvernement espagnol va offrir aux autorités haïtiennes un système d'identification génétique permettant de lutter contre les trafics d'enfants après le séisme qui a ravagé la capitale Port-au-Prince début janvier, a-t-il annoncé samedi.

Ce programme d'identification génétique, "ADN-Prokids", développé par l'université de Grenade, permettra de constituer une base de données pour aider les autorités haïtiennes à lutter contre les trafics d'enfants, selon un communiqué diffusé par le ministère espagnol des Affaires étrangères.

Le système consiste à établir les empreintes génétiques des mineurs déclarés sans famille, à partir d'échantillons de salive ou de sang, et parallèlement à mettre sur pied un fichier génétique des parents ayant déclaré la disparition d'enfants, afin de comparer les deux listes.

Ce programme qui déjà a été mis en place dans plusieurs pays en 2009, a permis d'identifier 230 enfants de 12 nationalités différentes qui ont été victimes de trafics, explique encore le gouvernement.

La Commission européenne a appelé les Etats de l'Union européenne à la vigilance et à la "prudence" sur les procédures d'adoption pour les orphelins d'Haïti.

Le gouvernement espagnol, qui assure la présidence tournante de l'UE, a annoncé parallèlement qu'il allait proposer à ses partenaires une position commune européenne sur cette question.

Selon Madrid, le but est, d'une part, d'accélérer les procédures pour les adoptions d'Haïtiens qui avaient déjà été acceptées avant le séisme, et d'autre part de renforcer les programmes d'assistance et de protection des mineurs en Haïti, afin d'éviter le développement des trafics.

(EYI)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés