L'homme moderne devient adulte plus lentement que son ancêtre néandertalien

L'Homo sapiens devient adulte plus lentement que son ancêtre l'homme de Neandertal, selon une recherche euro-américaine publiée lundi aux Etats-Unis et qui s'appuie sur une nouvelle analyse de dents des deux espèces à l'aide de rayons X très puissants.

Cette découverte laisse penser que le fait que les humains aient un développement plus lent et une enfance plus longue est un phénomène récent et unique à notre espèce dans l'évolution, expliquent ces chercheurs dont la communication paraît dans les Annales de l'Académie nationale américaine des sciences (PNAS).

Selon eux, ce trait pourrait avoir donné aux premiers humains un avantage dans l'évolution sur l'homme de Neandertal, disparu depuis près de 30.000 ans.

Une comparaison des premiers humains avec d'autres primates montre que ces derniers avaient une gestation plus courte, une enfance plus brève, un âge de reproduction plus précoce et une durée de vie dans l'ensemble moins longue.

Mais il reste très difficile de déterminer à quel moment exact ces changements dans le rythme de développement se sont produits, depuis que les hominidés et les primates non-humains, --en particulier le chimpanzé, notre plus proche cousin--, ont divergé dans l'évolution il y a six à sept millions d'années.

Tanya Smith et ses collègues de l'Institut Max Planck d'anthropologie de l'évolution en Allemagne ont notamment montré que la pousse des dents chez les jeunes néandertaliens était nettement plus rapide que chez les premiers groupes d'humains modernes qui ont quitté l'Afrique il y a entre 90.000 et 100.000 ans.

(MPK)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés