L'ONU a passé sous silence un rapport sur des violations en Afghanistan

L'ONU a volontairement passé sous silence un rapport sur des "violations massives des droits de l'homme en Afghanistan entre avril 1978 et décembre 2001, accusant "soviétiques", "factions islamistes" et "forces américaines" d'avoir pris part à des "atrocités", écrit Le Temps dans un article publié samedi.

Ces informations font suite à la publication très attendue vendredi d'un rapport controversé de l'ONU, évoquant la possibilité de "génocide" commis par l'armée rwandaise en RD Congo à la fin des années 90.

Un autre "rapport commandité par le Haut Commissariat (de l'ONU aux droits de l'homme) sur les crimes commis entre 1978 et 2001 en Afghanistan a été délibérément passé sous silence par les Nations unies, pour des raisons politiques", estime le journal.

"Le +mapping report+, (inventaire des violations, contexte et région spécifique où elles ont été commises) finalisé en décembre 2004 après un an de travail, devait lui aussi être publié en janvier 2005", poursuit l'article. "Il ne l'a pas été et de report en report a fini par tomber aux oubliettes".

Le rapport répertorie "les exactions perpétrées dans les mois qui suivirent le coup d'Etat militaire d'avril 1978, puis lors de l'invasion et de l'occupation soviétique (1979-1989), et durant la guerre qui opposa le Parti démocratique du peuple d'Afghanistan (PDPA) à la résistance moudjahidine jusqu'au régime des talibans et leur défaite, fin 2001, face à la coalition menée par les troupes américaines".

Il accuse "soviétiques, chefs communistes, moudjahidine, factions islamistes, et même forces américaines" d'avoir "pris part, à des degrés divers, aux atrocités (tortures, pillages, exécutions sommaires, détentions arbitraires, massacres de civils, viols en série, enrôlement d'enfants) endurées par les Afghans" durant ces 23 années, selon Le Temps.

(VIM)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés