L'OTAN doit être prête à défendra hors de ses frontières

Le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogg Rasmussen, a donné vendredi, pour la première fois, un avant-goût de ce que devrait être le nouveau "concept stratégique" de l'Alliance, soulignant pour qu'il donne les moyens à l'organisation de faire face aux "défis et menaces du 21ème siècle".

Il a ainsi plaidé avec force pour le maintien de capacités militaires fortes et modernisées - y compris nucléaires -, tant pour la défense de ses Etats-membres que pour intervenir dans le monde, en dépit des coupes claires que certains alliés imposant à leur budget de la Défense.

"Le concept stratégique doit donner des directives visant à rendre nos forces (armées) moins statiques et plus déployables", a affirmé M. Rasmussen lors d'un discours prononcé à Bruxelles lors d'une conférence du German Marshall Fund (GMF).

Mais M. Rasmussen a aussi insisté sur la nécessité de se défendre contre de nouvelles menaces, comme les missiles balistiques dont se dote une quarantaine de pays dans le monde, les "cyber-attaques" et les risques pouvant peser sur l'approvisionnement en matières premières.

Il a également tiré des leçons de l'engagement de l'OTAN en Afghanistan, assurant que l'Alliance devait renforcer ses partenariats avec d'autres acteurs sur la scène mondiale - comme l'Union européenne, l'ONU et des pays comme le Japon, l'Australie - dans le cadre d'une "approche globale". Selon lui, l'OTAN doit aussi se doter d'une capacité d'entraînement des forces de sécurité d'un pays où elle présente. (VIM)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés