L'ouverture d'une enquête sur les "biens mal acquis" refusée en appel

La cour d'appel de Paris a refusé jeudi l'ouverture d'une enquête sur l'affaire dite des "biens mal acquis", concernant le patrimoine en France des présidents du Gabon, du Congo et de Guinée équatoriale et leur entourage, a-t-on appris de source judiciaire.

La cour d'appel a jugé irrecevable la plainte de l'ONG Transparence International, spécialisée dans la lutte contre la corruption, jugée recevable dans un premier temps en mai dernier, selon cette source et un des avocats de l'affaire.

Transparence International a aussitôt annoncé dans un communiqué "son intention de se pourvoir en cassation" contre cette décision.

La plainte déposée par l'ONG visait les conditions d'acquisition d'un important patrimoine immobilier et mobilier en France par trois chefs d'Etat africains - Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang Nguema de Guinée équatoriale et le défunt chef d'Etat gabonais Omar Bongo Ondimda, et certains de leurs proches.

(GFR)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés