Publicité

L'UE garde une place pour les Balkans, mais pas pour tout de suite

L'UE a assuré samedi aux pays des Balkans qu'ils entreraient bien un jour, comme promis, dans le bloc européen, mais les difficultés de ratification du traité de Lisbonne, relancées par la crise politique tchèque, pourraient retarder leur adhésion.

"Les pays des Balkans doivent avoir tous accès à l'UE parce qu'ils sont l'Europe. Maintenant sous quelles modalités, à quel rythme, et dans quelle entente politique élémentaire, cela pose problème", a expliqué Bernard Kouchner.

Alors que l'UE traverse une grave crise économique, "il est rarement populaire de dire que l'Europe s'étendra", surtout dans les pays qui "contribuent fortement" au budget européen, comme l'Allemagne, a-t-il ajouté.

Cette crise est interprétée différemment selon les pays, a reconnu Karel De Gucht: soit comme un "facteur de ralentissement", soit comme une raison de rendre "plus urgente" leur adhésion pour "résoudre ensemble nos problèmes communs".

Quelle que soit l'évolution de la crise et du traité de Lisbonne, les Européens ont rappelé aux Balkans les réformes qu'il leur reste à accomplir.

"Il faut qu'ils obtiennent des résultats et après nous devrons leur donner, vu que nous avons fait des promesses", a estimé le ministre néerlandais Maxime Verhagen. (GFR)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés