L'Ukraine juge humiliantes les menaces de boycotter l'Euro-2012

Le Premier ministre ukrainien, Mykola Azarov, a jugé lundi humiliantes pour le pays les menaces de plusieurs dirigeants politiques européens de boycotter l'Euro-2012 de football pour protester contre le sort de l'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko.

"On nous parle maintenant d'un boycottage de l'Euro-2012. Est-ce normal ? (...) Qui veulent-ils humilier ? Veulent-ils humilier notre peuple et notre pays ? ", s'est insurgé M. Azarov au cours d'une rencontre avec des vétérans de la Deuxième Guerre mondiale, cité par l'agence Interfax.

Alors que "les caisses de l'Etat sont vides", l'équipe du président Viktor Ianoukovitch a fait en sorte que les infrastructures nécessaires soient prêtes pour la compétition, a assuré le Premier ministre.

"L'Euro aura bien lieu et ce sera une fête pour notre pays et nos citoyens", a-t-il conclu.

L'ex-Première ministre Ioulia Timochenko, qui purge une peine de sept ans de prison pour abus de pouvoir et qui est incarcérée depuis août 2011, observe une grève de la faim depuis le 20 avril pour protester contre des violences dont elle dit avoir été victime en détention.

Malgré les démentis de Kiev, ces accusations ont provoqué un tollé au sein de l'Union européenne, qui réclame depuis des mois au président Ianoukovitch la libération de l'opposante.

La Commission européenne a déjà annoncé qu'aucun de ses commissaires ne se rendrait en Ukraine pour l'Euro-2012, coorganisé par la Pologne. Plusieurs pays de l'Union européenne, Allemagne en tête, ont menacé de faire de même.

(DGO)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés