La Chine proscrit les méthodes brutales envers les accros à l'internet

La Chine a interdit les méthodes brutales pour soigner les accros à l'internet après une série de bavures l'été dernier dans des camps de réhabilitation, dont l'une s'est soldée par la mort d'un adolescent.

Une réglementation, publiée mercredi sur le site internet du ministère de la Santé, souligne que les méthodes de traitement doivent être mesurées car "le concept de +dépendance à l'internet+ n'a pas été complètement défini".

"Les parents et les professeurs doivent analyser les causes et ne pas condamner arbitrairement, frapper ou insulter les jeunes", indique le texte.

"Les méthodes d'intervention qui restreignent la liberté des personnes sont strictement interdites ainsi que les châtiments corporels", ajoute-t-il.

En août, la mort d'un adolescent de 15 ans, battu dans un camp du sud de la Chine censé guérir sa dépendance à l'internet, avait provoqué un scandale.

Selon une étude réalisée l'an dernier par l'Association internet de la jeunesse chinoise, plus de 10 millions des 100 millions d'adolescents chinois souffrent de dépendance à l'internet.

Il existe au moins 400 centres de réhabilitation pour tenter de les éloigner des ordinateurs et de l'internet, selon l'Association.

(DAD)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés