La Commission européenne place la Grèce sous une surveillance économique inédite

La Commission européenne a approuvé mercredi le programme d'austérité annoncé par la Grèce, tout en plaçant le pays sous une surveillance inédite.

Elle a adopté non seulement une recommandation relative à la correction du déficit excessif, mais aussi une autre recommandation imposant au gouvernement de mettre en oeuvre des réformes structurelles, notamment dans les pensions et les soins de santé.

La disposition des traités qui permet cette procédure n'avait jamais été mise en application par le passé. "C'est la première fois que nous établissons un système de surveillance si intense et quasiment permanent", a indiqué le commissaire aux Affaires économiques, Joaquin Almunia, lors d'une conférence de presse.

Le gouvernement grec sera sommé de rendre compte des mesures d'économie dès le 16 mars, soit un mois après l'adoption formelle des recommandations par les ministres européens des Finances. Il devra ensuite faire le point le 16 mai, puis tous les trois mois. (MDP)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés