La maîtrise de procédés complexes d'affûtage de pierre remonte à 75.000 ans

Les hommes préhistoriques du sud de l'Afrique maîtrisaient des techniques d'affûtage de la pierre, dont le recours au feu, pour faire des couteaux, il y a au moins 75.000 ans, soit 50.OOO ans plus tôt que ce que l'on croyait jusqu'alors, indique une étude parue jeudi.

Cette découverte dans la grotte de Blombos en Afrique du Sud repousse d'au moins 50.000 ans la maîtrise de cette technique consistant à chauffer de la silcrète, un matériau dur formé de quarts cimentés par de la silice, pour en modifier la structure et mieux la façonner.

Ces pierres étaient ensuite délicatement travaillées avec des marteaux de bois ou d'os pour les rendre très tranchantes.

"Cette technique est la plus efficace pour maîtriser le tranchant, l'épaisseur et la forme d'un outil bifacial comme les pointes de lances et les couteaux de pierre", explique Paola Villa, conservatrice du musée d'histoire naturelle de l'Université du Colorado (ouest des Etats-Unis), co-auteur de cette communication publiée dans la revue Science datée du 29 octobre.

Avant la mise au jour de ces objets à Blombos, les indices les plus anciens de la maîtrise de ces techniques sophistiquées dataient seulement de la culture solutréenne du haut Paléolithique en France et en Espagne datant d'environ 20.000 ans.

Ces chercheurs ont analysé 159 pointes et fragments de silcrète ainsi que 179 autres morceaux retravaillés. Ils ont aussi examiné plus de 700 écailles ou copeaux ayant résulté du travail d'affûtage.

(GFR)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés