La Tanzanie veut vendre des défenses d'éléphant

Le gouvernement tanzanien a annoncé samedi avoir demandé à la Convention sur le commerce des espèces menacées (CITES) l'autorisation de vendre son stock de 100 tonnes de défenses d'éléphant afin d'utiliser l'argent pour combattre le braconnage.

"Notre entrepôt de Dar es Salaam est plein et nous devons nous débarrasser d'une partie des défenses pour faire de la place à un nouveau stock", a expliqué samedi le ministre des ressources naturelles et du tourisme, Shamsa Mwangunga.

"Le produit de la vente proposée des 100 tonnes de défense d'éléphant sera utilisé pour acheter des équipements et financer des opérations antibraconnage", a ajouté la ministre, précisant que la vente rapportera environ 15 milliards de shillings (11 millions de dollars).

La conférence des pays membres de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) se réunit du 13 au 25 mars à Doha, au Qatar. La Tanzanie et la Zambie ont l'intention d'y demander l'autorisation de vendre leurs stocks d'ivoire.

Mais le Kenya, pays voisin de la Tanzanie, est opposé à l'autorisation de la vente d'ivoire, estimant qu'elle encourage le braconnage.

Selon le service de la vie sauvage du Kenya, le braconnage de défenses d'éléphant et de rhinocéros a augmenté en Afrique depuis la levée partielle en 2007 de l'interdiction internationale faite au Botswana, à la Namibie, l'Afrique du Sud et le Zimbabwe de vendre en une seule fois de l'ivoire à la Chine et au Japon.

(EYI)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés