Le CNT informe la CPI que la Libye souhaite juger Seif al-Islam

Le Conseil national de transition (CNT) libyen a informé la Cour pénale internationale (CPI), dans une lettre dont une copie a été envoyée à l'AFP, que la Libye souhaite et est en mesure de juger Seif al-Islam, fils du défunt leader Mouammar Kadhafi.

"Le CNT affirme que le système judiciaire libyen a en premier la responsabilité de juger Seif al-Islam et que l'Etat libyen a la volonté et est capable de le juger", a écrit Moustapha Abdeljalil, le chef des autorités libyennes, dans une lettre adressée au juge Sanji Mmasenono Monageng, président de la chambre préliminaire I de la CPI.

M. Abdeljalil, qui a assuré que le CNT continuera à travailler "étroitement" avec le bureau du procureur de la CPI, a également affirmé que le CNT est "en train" d'enquêter sur des crimes présumés commis par Seif al-Islam.

Arrêté le 19 novembre dans le sud de la Libye, le fils de l'ancien dirigeant libyen défunt Mouammar Kadhafi fait l'objet depuis le 27 juin d'un mandat d'arrêt de la CPI pour crimes contre l'humanité commis pendant la répression de la révolte populaire qui a pris la forme d'une guerre civile (15 février-23 octobre).

Les autorités libyennes avaient précédemment annoncé leur intention de juger en Libye Seif al-Islam, affirmant que celui-ci ne serait pas remis à la CPI.

La CPI ne peut poursuivre des auteurs de génocide, de crimes contre l'humanité ou de crimes de guerre que lorsque la justice nationale ne veut pas ou ne peut pas mener une enquête ou des poursuites à leur encontre.

(PVO)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés