Publicité
Publicité

Le Cosatu exige "plus d'action" contre les inégalités en Afrique du Sud

La puissante confédération syndicale Cosatu a réclamé samedi "un gouvernement plus actif" pour corriger les énormes inégalités de la société sud-africaine et réaffirmé sa détermination à lutter contre la corruption des responsables politiques.

"Nous, les travailleurs d'Afrique du Sud, sommes les créateurs d'une richesse qui ne profite qu'à une petite minorité", a lancé le secrétaire général du Congrès des syndicats sud-africains (Cosatu), Zwelinzima Vavi, lors des célébrations du 25e anniversaire de la confédération.

"Dans ce contexte, nous ne pouvons nous permettre d'avoir un gouvernement neutre. Nous voulons un gouvernement plus actif", a-t-il poursuivi, devant environ 45.000 syndicalistes réunis dans un stade de Johannesburg.

Malgré les progrès accomplis depuis la chute du régime ségrégationniste en 1994, "les divisions héritées de l'apartheid sont toujours visibles", a renchéri le président du Cosatu, Sidumo Dlamini.

"En moyenne, un homme noir gagne 2.400 rands par mois (261 euros, 347 dollars) contre 19.000 pour un homme blanc. Une femme blanche gagne 9.600 rands par mois contre 1.200 rands pour une femme noire", soit un rapport de un à huit, a-t-il souligné.

De même "l'espérance de vie des Blancs est de 71 ans contre 48 ans pour les Noirs", a-t-il regretté.

Le Cosatu, qui a été formé le 1er décembre 1985, a lutté avec le Congrès national africain (ANC) de Nelson Mandela pour faire chuter l'apartheid. Depuis 1994, les deux formations sont alliées au sein du gouvernement.

(MUA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés