Le ministère allemand des Affaires étrangères impliqué dans l'Holocauste

Le ministère allemand des Affaires étrangères a joué un rôle beaucoup plus important que jusqu'ici admis dans l'assassinat de millions de juifs durant la Seconde guerre mondiale, révèle un rapport d'historiens dont plusieurs journaux se font l'écho samedi.

"Le ministère des Affaires étrangères était une organisation criminelle", a affirmé l'un des historiens chargés de faire la lumière sur le rôle de cette instance dans l'Holocauste, Eckart Conze, dans l'hebodmadaire Der Spiegel.

"Le ministère des Affaires étrangères a participé activement dès le début à toutes les mesures de persécution, privation de droits, expulsion et d'anéantissement des juifs", a poursuivi l'historien dans un autre entretien, à l'édition dominicale du Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAS).

Après la chute du régime nazi en 1945, tout a été fait pour masquer ce qui s'était fait dans le ministère. Jusqu'à présent, le ministère, l'un des plus prestigieux depuis que l'Allemagne a retrouvé sa place sur la scène internationale, avait toujours laissé propager l'idée qu'il avait pris ses distances avec l'appareil nazi.

Dans les archives, les historiens chargés de faire la lumière sur le rôle du ministère sont notamment tombés sur des justificatifs de voyage du responsable du service des juifs, Franz Rademacher, qui inscrit comme motif d'un déplacement à Belgrade: "Liquidation des juifs à Belgrade et discussion avec des émissaires hongrois à Budapest", raconte la FAS.

Ce rapport, qui doit être publié la semaine prochaine sous le titre "L'administration", avait été commandé en 2005 par le chef de la diplomatie de l'époque, Joschka Fischer. Il a été rédigé par 4 historiens de renom. (GFR)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés